Scolarité et troubles psychiques

Définition des troubles psychiques

Publication : 18 octobre 2021

Derrière les troubles psychiques peuvent se cacher une grande variété de situations : dépression, TOC (troubles obsessionnels compulsifs), anxiété, troubles alimentaires, troubles bipolaires, troubles psychotiques… Les troubles psychiques doivent être soignés pour permettre à l’élève de poursuivre ses études.
Jeune garçon assis la tête dans les mains

Des troubles mieux pris en compte

La loi du 11 février 2005 reconnaît les troubles psychiques comme pouvant être à l’origine d’une situation de handicap. Tous ne sont pas invalidants ; ce sont leur intensité et leur répétition qui traduisent un handicap en pénalisant et freinant l’intégration sociale et scolaire. 

Les troubles intellectuelles et cognitifs peuvent s’accompagner de troubles psychiques.

Crise d’adolescence ou maladie ?

Dépression, phobies, anorexie, troubles bipolaires, schizophrénie… ces mots renvoient à un univers que l’on connaît mal et qui fait souvent peur. Ces maux ou des troubles apparentés se manifestent parfois à l’adolescence. Ils sont d’autant plus difficiles à identifier qu’à cet âge, un enfant se construit pour devenir adulte. De même qu’il abandonne ses jouets, d’autres choses changent : attitudes, hobbies, amis, goûts… Cette période charnière fragilise certains jeunes.

Les proches doivent être attentifs, notamment lorsque l’élève se coupe de tout ce qui lui apportait du plaisir, s’isole, a des attitudes surprenantes ou destructrices. Si des comportements inhabituels ou des états dépressifs s’installent dans la durée, si le jeune tient des propos incohérents ou agressifs, a des crises d'angoisse répétées, présente des troubles alimentaires, des addictions… le mieux est de prendre conseil auprès d’un médecin ou d’un psychologue.

À lire aussi

Sur le web

Haut de page