RQTH : halte aux préjugés

La RQTH : une reconnaissance

Publication : 2 mars 2021

Demander la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, c’est faire attester officiellement par la CDAPH (commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées) de son aptitude au travail, malgré son handicap. Vous n'êtes jamais obligé de vous en servir. C’est une sorte de carte "joker" à utiliser lorsque le besoin se présente.

Des profils multiples

Les bénéficiaires du statut de travailleur handicapé associé à la RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé) relèvent de situations très diverses. La demande peut être faite dès l’âge de 16 ans.

Arrêts maladie, fatigue, difficultés de communication, douleurs, incapacité à effectuer certaines activités… autant de contraintes qui rendent la vie au travail compliquée.

Les apprentis ou salariés dont les capacités physiques ou cognitives et/ou intellectuelles ou psychiques sont diminuées par un handicap sont concernés. Mais aussi, les personnes atteintes d’une maladie chronique (asthme, diabète, infection par le VIH, hépatites…) ou d'un problème de santé ayant des répercussions au travail (rhumatismes, allergies à certains produits…) peuvent faire une demande de RQTH.

Leur point commun : des difficultés pour accéder ou conserver un emploi en raison de leur état de santé.

Toutes les décisions de la commission sont motivées. La RQTH peut être établie pour une période limitée dans le temps ou de façon définitive si le handicap ne peut évoluer dans un sens favorable. En cas de renouvellement, il faut penser à le demander bien avant la date d’échéance : 6 mois voire un an avant.

Faire valoir ses droits

Il appartient au travailleur handicapé d’informer, s’il le souhaite, son employeur de son statut. Rien n’oblige à le spécifier sur son CV mais, bien entendu, il faut le faire valoir pour bénéficier des éventuels aménagements nécessités par votre handicap. Par exemple, fatigabilité nécessitant des aménagements horaires, congés maladie répétés, besoin de matériel adapté ou requalification de poste… autant de situations professionnelles où la RQTH permet une meilleure prise en compte des besoins.

Le fait que vous présentiez une RQTH permet à votre employeur de remplir son obligation d’emploi de travailleurs handicapés (6 % de son effectif), de faire appel aux services d'appui pour le maintien dans l'emploi des travailleurs handicapés. Cela lui permet également de faire financer les aménagements de poste, par des organismes tels que l'Agefiph (association de gestion pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées) ou le FIPHFP (fonds pour l’insertion professionnelles des personnes handicapées dans la fonction publique).

À noter : Pour travailler dans la fonction publique seule la RQTH atteste du statut de travailleur handicapé.

À lire aussi

Haut de page