< Retour à la page précédente < Revenir à la version courte

Fiche métier

facteur / factrice d'instruments

Le facteur d'instruments fabrique, restaure ou accorde des pianos, des instruments à cordes ou à vent, des orgues, etc. Dans la tradition de l'artisanat d'art, ce passionné de musique allie savoirs ancestraux et techniques de pointe.

  • Luthier
  • Niveau minimum d'accès : CAP ou équivalent
  • Salaire débutant : 1646 €
  • Statut(s) : Statut artisan, Statut salarié
  • Synonymes : Facteur/trice instrumental/e, Restaurateur/trice d'instruments
  • Métiers Associés : Archetier/ère, Facteur/trice d'accordéons, Facteur/trice d'instruments à vent, Facteur/trice d'orgues, Facteur/trice de guitares, Facteur/trice de pianos, Facteur/trice instrumental/e, Luthier/ère, Luthier/ère de guitares
  • Secteur(s) professionnel(s) :

    Artisanat d'art

  • Centre(s) d'intérêt :

    Je rêve d'un métier artistique,
    Je veux travailler de mes mains,
    Réparer, bricoler, j'adore ça

Le métier

Nature du travail

Fabriquer ou restaurer

Ce professionnel fabrique des instruments de musique (violon, guitare, flûte, trompette, piano, accordéon...), généralement de manière artisanale ou de façon semi-industrielle. Il se charge également de les réparer et de les nettoyer pour ses clients. Si son atelier est accolé à une boutique, il peut aussi vendre ou louer ses pièces. Selon sa spécialité, il travaille le bois, le cuivre, etc. Dans tous les cas, il choisit les matériaux et techniques à mettre en oeuvre en fonction de la pièce à traiter. Le facteur d'instrument travaille souvent sur des instruments haut de gamme.

Accorder les sonorités

Le facteur d'instrument adapte les sonorités selon la sensibilité musicale du propriétaire avec qui il collabore souvent sur le long terme. En réglant cordes, marteaux, embouchure, ainsi que toutes les parties de l'instrument dont il est spécialiste, il influe sur la sonorité de celui-ci. Dialogue et relation de confiance entre l'artisan et le musicien sont indispensables.

Expertiser

La fabrication d'un instrument, par exemple un violon, exige l'assemblage d'au moins 80 pièces et comporte un important travail d'ébénisterie. Certains instruments, rares, anciens, classés ou inscrits au patrimoine requièrent des connaissances pointues qui peuvent mener à l'expertise.

Compétences requises

L'oeil et l'oreille

Le facteur d'instruments doit posséder un sens musical développé et pratiquer l'instrument dont il est spécialiste, ne serait-ce que pour le tester et mieux communiquer avec son propriétaire. Une bonne oreille, innée ou acquise en allant très souvent à des concerts, est indispensable pour accorder les instruments, ainsi que des compétences en acoustique, harmonique, mécanique, parfois même en histoire de l'art s'il travaille sur des pièces anciennes. La mémoire visuelle constitue, elle, une des bases de l'expertise, tout comme le sens de l'observation.

Techniques et matériaux multiples

Patience et grande habileté manuelle sont de rigueur pour fabriquer ou restaurer des instruments de qualité. Le facteur maîtrise différentes techniques et, en fonction de son instrument, travaille différents matériaux (bois, feutre, cuir, métal, etc.). La restauration requiert en outre une importante culture musicale technique et historique.

Ouverture sur l'étranger

La maîtrise d'une langue étrangère (anglais, allemand, italien en tête) constitue un sérieux atout pour se former dans des écoles ou des ateliers à l'étranger, communiquer avec des musiciens professionnelles en tournée ou même aller travailler hors de nos frontières.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Petites structures

Le facteur d'instruments travaille comme salarié dans un petit atelier comportant de 1 à 3 personnes ou chez la poignée de fabricants français haut de gamme. Selon le cas, il peut collaborer avec d'autres professionnels de l'artisanat d'art (sculpteurs sur bois, marqueteurs, etc.) S'il est à son compte, il doit aussi assumer les responsabilités d'un chef d'entreprise.

Sur tout type d'instruments

La réparation et la restauration concernent les instruments anciens, nombreux sur le marché, comme les plus récents. Du simple réglage à la restauration d'envergure, ce travail concerne aussi bien l'instrument d'un débutant que celui d'un soliste célèbre. Il représente jusqu'à deux tiers de l'activité du facteur d'instruments. Le professionnel doit s'adapter à toutes les demandes.

Tradition et modernité

Si les gestes restent les mêmes que par le passé, les outils se sont un peu modernisés. Rabot, canif, ciseau à bois, lime... côtoient désormais les outils de précision électroniques. Le facteur d'instrument travaille en atelier, au contact de différents matériaux : laiton, étain, colle à bois, vernis, etc. Il peut pratiquer la soudure, la mécanique, le ponçage... Des techniques très variées qui dépendent de sa spécialité.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

À partir du Smic.

Intégrer le marché du travail

Un long apprentissage

Métier passion, la facture instrumentale nécessite un long apprentissage. On commence souvent comme apprenti, puis comme assistant dans un atelier. Les professionnels conseillent de travailler de 6 à 8 ans chez un maître artisan pour acquérir les bases, puis se perfectionner. Avec de l'expérience, le facteur d'instruments peut s'installer à son compte ou se lancer dans l'expertise. Il procède alors à des évaluations techniques et financières, notamment pour le monde de l'art. Certains vont même travailler à l'étranger, forts de la réputation de la fabrication d'instruments haut de gamme française, surtout dans le domaine des instruments à vent en bois ou en cuivre.

Un secteur artisanal

Le secteur de la facture instrumentale française regroupe près de 3 000 entreprises dont beaucoup de petites structures sans salariés. Mais plus de 1,6 million d'instruments neufs ou d'occasion sont vendus en France chaque année. De quoi faire travailler les facteurs d'instruments, à condition qu'ils soient installés dans une ville et un quartier où la pratique de la musique est importante, car ses clients sont les musiciens, les professeurs de conservatoire et leurs élèves, les professionnels du marché de l'art, les collectionneurs...

Accès au métier

Accès au métier

Les formations pour devenir facteur d'instruments dépendent de l'instrument choisi. Il existe des diplômes très spécialisés, du CAP au bac + 3.

Après la 3e

  • CAP assistant technique en instruments de musique, options guitare, accordéon, instruments à vent, piano ; accordeur de pianos ; lutherie ; ouvrier archetier

Niveau bac

  • Bac professionnel artisanat et métiers d'art, options facteur d'orgues organier ; facteur d'orgues tuyautier

  • BMA (brevet des métiers d'art) technicien en facture instrumentale, options guitare, accordéon, instruments à vent, piano

Niveau bac + 2

  • DMA (diplôme des métiers d'art) lutherie

Niveau bac + 3

  • DN Made (diplôme national des métiers d'art et du design) mention instrument (horlogerie)

En savoir plus

Ressources utiles

http://www.aladfi.com

Association des luthiers et archetiers pour le développement de la facture instrumentale.

http://www.csfimusique.com

Chambre syndicale de la facture instrumentale. Informations sur les métiers et les formations.

http://www.institut-metiersdart.org

Institut national des métiers d'art.